Accueil

Nouvelles

Photos

Liens

 

Admin

Infos disciples

Webmaster :
Disciple

Envoyer un message



L’évangile, Jésus et les douze apôtres

Judas, André, Nathanael et Matthieu

- -

La nouvelle Bible Urantia, une révélation

Jésus Christ dans les évangiles. Le choix des apôtres




--

Déjà 971 visites

MATTHIEU LEVI

*


LE LIVRE D'URANTIA. Fascicule n°139. Les Douze Apôtres

7. MATTHIEU LEVI

Matthieu, le septième apôtre, fut choisi par André. Matthieu appartenait à une famille de collecteurs d'impôts, ou publicains; il était lui-même receveur des douanes à Capharnaüm, où il habitait. Il avait 31 ans, était marié, et avait quatre enfants. Il possédait une petite fortune et se trouvait le seul membre du corps apostolique disposant de quelques ressources. Il était un homme d'affaires capable, s'adaptant bien à tous les milieux sociaux, et il était doué de l'aptitude à se faire des amis et à bien s'entendre avec toutes sortes de personnes.

André nomma Matthieu agent financier des apôtres. Il était en quelque sorte le gérant et le publiciste de l'organisation apostolique. Il était un bon juge de la nature humaine et un propagandiste très efficace. Il est difficile de se faire une idée de sa personnalité, mais il était un disciple très sincère. Il crut de plus en plus à la mission de Jésus et à la certitude du royaume. Jésus ne donna jamais de surnom à Lévi, mais les autres apôtres l'appelaient communément « le collecteur d'argent ».

Le point fort de Lévi était sa dévotion de tout coeur à la cause. Le fait que lui, un publicain, ait été enrôlé par Jésus et ses apôtres suscita une reconnaissance débordante chez l'ancien collecteur de taxes. Il fallut toutefois un peu de temps au reste des apôtres, surtout à Simon Zélotès et à Judas Iscariot, pour admettre la présence du publicain parmi eux. La faiblesse de Matthieu était son point de vue étroit et matérialiste sur la vie mais, à mesure que les mois s'écoulaient, il fit de grands progrès dans ce domaine. Bien entendu, il était obligé de manquer un grand nombre des séances d'instruction les plus précieuses, puisqu'il avait la charge d'alimenter la trésorerie.

C'était la disposition au pardon que Matthieu appréciait le plus chez le Maître. Matthieu ne cessait de répéter que la foi seule est nécessaire dans l'effort pour trouver Dieu. Il aimait toujours à parler du royaume comme de « cette affaire de trouver Dieu ».

Bien que Matthieu fût un homme ayant un passé de publicain, il s'acquitta admirablement de sa tâche et, le temps s'écoulant, ses compagnons s'enorgueillirent de la réussite du publicain. Il fut l'un des apôtres qui prirent d'amples notes sur l'enseignement de Jésus. Ces notes servirent plus tard de base à la rédaction par Isadore des paroles et actes de Jésus, ultérieurement connue sous le nom d'Évangile selon Matthieu.

La grande et utile vie de Matthieu, l'homme d'affaires et le receveur des douanes de Capharnaüm, a servi à amener des milliers et des milliers d'autres hommes d'affaires, de fonctionnaires, et de politiciens, durant les âges subséquents, à écouter aussi la voix engageante du Maître disant: « Suis-moi ». Matthieu était réellement un habile politicien, mais il était intensément fidèle à Jésus et suprêmement dévoué à la tâche de veiller à ce que les messagers du royaume à venir disposent des ressources financières appropriées.

La présence de Matthieu parmi les douze fut le moyen de garder les portes du royaume bien ouvertes pour une foule d'âmes découragées et déshéritées qui s'étaient considérées depuis longtemps comme exclues de la consolation religieuse. Des hommes et des femmes déchus et désespérés s'attroupaient pour entendre Jésus, qui n'en repoussa jamais aucun.

Matthieu recevait des dons librement offerts par des disciples croyants et des auditeurs directs de l'enseignement du Maître, mais il ne sollicita jamais ouvertement la contribution des foules. Il accomplit tout son travail financier d'une manière tranquille et personnelle, et se procura la majeure partie de l'argent parmi la classe relativement aisée des partisans de Jésus. Il consacra pratiquement la totalité de sa modeste fortune au travail du Maître et de ses apôtres, mais ils ne connurent jamais sa générosité, sauf Jésus qui était au courant de tout. Matthieu hésitait à contribuer ouvertement aux fonds apostoliques de crainte que Jésus et ses collaborateurs ne risquent de considérer son argent comme souillé; en conséquence, il fit beaucoup de dons au nom d'autres croyants. Durant les premiers mois, alors que Matthieu se rendait compte que sa présence parmi les apôtres causait une plus ou moins grande gêne, il fut fortement tenté de leur faire savoir que leur pain quotidien était bien souvent acheté de ses propres deniers, mais il ne céda pas à cette tentation. Quand la preuve du dédain pour le publicain devenait manifeste, Lévi brûlait de révéler sa générosité, mais il s'arrangea toujours pour garder le silence.

Quand les fonds pour la semaine étaient insuffisants pour le budget prévu, Lévi avait souvent recours à ses ressources personnelles pour des montants importants. Parfois aussi, lorsqu'il prenait un grand intérêt aux enseignements de Jésus, il préférait rester là et écouter ses leçons, même en sachant qu'il lui faudrait compenser personnellement les fonds nécessaires qu'il n'était pas allé solliciter. Mais Lévi ne souhaitait pas que Jésus puisse savoir qu'une grande partie de l'argent sortait de sa propre poche! Il ne réalisait guère que le Maître était au courant de tout. Les apôtres moururent tous sans savoir que Matthieu avait été leur bienfaiteur dans une mesure telle, qu'au moment où il partit proclamer l'évangile du royaume après le commencement des persécutions, il était pratiquement sans ressources.

Quand les persécutions amenèrent les croyants à quitter Jérusalem, Matthieu se dirigea vers le nord, prêchant l'évangile du royaume et baptisant les croyants. Ses anciens associés apostoliques perdirent le contact avec lui , mais il continua à prêcher et à baptiser en Syrie, en Cappadoce, en Galatie, en Bythinie, et en Thrace. Ce fut en Thrace, à Lysimachie, que certains Juifs incroyants conspirèrent avec les soldats romains pour consommer sa mort. Le publicain régénéré mourut dans la foi triomphante du salut que, durant son récent séjour sur terre, son Maître lui avait enseigné avec tant de certitude.

Dernière modification le : 12/02/2017 @ 20:35
Catégorie : Apotres

Spécial disciples

L'Esprit des disciples. Judas Iscariot

Maître et disciple

- -

Une nouvelle révélation. L'évangile du livre d'Urantia

Le Christ et les messagers du royaume




Autres thèmes importants du livre d'Urantia
(© 1962 & 1994 Urantia Foundation pour la traduction française)

La mort et la résurrection de Jésus Christ ** Marie Madeleine et Jésus. Tombeau vide ** Jésus. La résurrection de Lazare ** Jésus. Naissance, enfance, vie et parents

***