Accueil

Nouvelles

Photos

Liens

 

Admin

Infos disciples

Webmaster :
Disciple

Envoyer un message



L’évangile, Jésus et les douze apôtres

Judas, André, Nathanael et Matthieu

- -

La nouvelle Bible Urantia, une révélation

Jésus Christ dans les évangiles. Le choix des apôtres




--

Déjà 2161 visites

JUDAS ISCARIOT

*


LE LIVRE D'URANTIA. Fascicule n°139. Les Douze Apôtres

12. JUDAS ISCARIOT (le plus instruit des douze)

Judas Iscariot, le douzième apôtre, fut choisi par Nathanael. Il était né à Kérioth, petite ville de la Judée méridionale. Quand il était petit garçon, ses parents s'étaient installés à Jéricho, où il vécut et fut employé dans les diverses affaires commerciales de son père jusqu'au moment où il s'intéressa aux sermons et à l'oeuvre de Jean le Baptiste. Ses parents étaient des sadducéens, et lorsque Judas se joignit aux disciples de Jean, ils le renièrent.

Quand Nathanael le rencontra à Tarichée, Judas cherchait un emploi dans une sécherie de poisson à l'extrémité aval de la Mer Galilée. Il avait 30 ans quand il se joignit aux apôtres et il état célibataire. Il était le seul Judéen dans la famille apostolique du Maître, et probablement le plus instruit des douze. Judas n'avait aucun trait saillant de force intérieure, bien qu'il eût apparemment de nombreux traits extérieurs de culture et de bonne éducation. Il était un grand penseur, mais pas toujours un penseur vraiment honnête. Judas ne se comprenait réellement pas lui-même; il n'était pas franchement sincère quand il s'agissait de lui-même.

André nomma Judas trésorier des douze, poste qu'il était éminemment qualifié pour occuper. Jusqu'au moment où il trahit son Maître, il assuma honnêtement, fidèlement, et très efficacement les responsabilités de sa charge.

Nul trait de caractère spécial chez Jésus n'était plus admiré par Judas que la personnalité généralement attirante et délicatement charmante du Maître. Judas ne fut jamais capable de s'élever au-dessus de ses préjugés de Judéen contre ses compagnons galiléens. Il allait même jusqu'à critiquer dans sa pensée bien des manières de faire de Jésus. Ce Judéen prétentieux osait souvent condamner dans son coeur le Maître que les onze autres apôtres considéraient comme l'homme parfait, « exquis et suprême parmi dix mille ». Judas entretenait réellement la notion que Jésus était timide et quelque peu effrayé d'affirmer son pouvoir et son autorité.

Judas était un excellent homme d'affaires. Il fallait du tact, de l'habileté, et de la patience, aussi bien que de la minutie dans le dévouement, pour diriger les affaires financières d'un idéaliste tel que Jésus, sans parler de la lutte contre les méthodes désordonnées de certains apôtres. Judas était réellement un grand réalisateur, un financier prévoyant et capable, et un rigoriste pour l'organisation. Nul apôtre ne critiqua jamais Judas. Autant qu'ils pouvaient voir, Judas Iscariot était un trésorier incomparable, un homme instruit, un apôtre loyal (bien que parfois critique) et, dans tous les sens du mot, un homme qui réussissait fort bien.
Les apôtres aimaient Judas; il était réellement l'un d'eux. Il croyait probablement en Jésus, mais nous doutons qu'il ait réellement aimé le Maître de tout son coeur. Le cas de Judas illustre la vérité du proverbe: « Il existe une voie qui paraît juste à un homme, mais la fin en est la mort ». Il est tout à fait possible de tomber dans le piège apparemment innocent consistant à s'adapter agréablement aux voies du péché et de la mort. Soyez assuré que Judas fut toujours financièrement loyal envers son Maître et ses collègues apôtres. Jamais l'argent n'aurait pu être un motif l'incitant à trahir le Maître Jésus.

Judas était le fils unique de parents peu sages qui le choyèrent et le dorlotèrent durant son enfance. Il était un enfant gâté. En grandissant, il se fit une idée exagérée de son importance personnelle. Il n'était pas beau joueur. Il avait des idées vagues et biscornues sur l'équité, et il était enclin à la haine et à la suspicion. Il était habile à interpréter de travers les paroles et les actes de ses amis. Durant toute sa vie, Judas avait cultivé l'habitude de rendre la pareille à ceux qu'il imaginait l'avoir maltraité. Son sens des valeurs et du loyalisme était défectueux.

Jésus avait pris le risque d'avoir foi en Judas. Dès le commencement, le Maître avait parfaitement compris la faiblesse de cet apôtre et connaissait bien les dangers de l'admettre dans la communauté. Mais il est dans la nature des Fils de Dieu de donner à tout être créé une chance égale de salut et de survie. Jésus voulait que non seulement les mortels de ce monde, mais aussi les observateurs innombrables sur d'autres mondes, sachent que, s'il existe des doutes sur la sincérité et la franchise de la dévotion d'une créature au royaume, la pratique invariable des Juges des hommes consiste à recevoir pleinement le candidat douteux. La porte de la vie éternelle est grande ouverte à tous; « quiconque le désire peut entrer »; il n'y a ni restriction ni qualification, sauf la foi de celui qui vient.

C'est précisément la raison pour laquelle Jésus permit à Judas de continuer jusqu'au bout, en faisant toujours tout son possible pour transformer et sauver cet apôtre faible et tourmenté. Mais si la lumière n'est pas reçue de bonne foi et si l'on ne s'y conforme pas dans la vie, elle tend à venir ténèbres à l'intérieur de l'âme. En ce qui concerne les enseignements de Jésus sur le royaume, Judas grandit intellectuellement, mais ne progressa pas comme les autres apôtres dans l'acquisition d'un caractère spirituel. Il ne réussit pas à faire des progrès satisfaisants en expérience spirituelle.

Judas s'adonna de plus en plus à de sombres méditations sur ses déceptions personnelles et devint finalement une victime de sa propre rancune. Ses sentiments avaient été maintes fois blessés; il devint anormalement soupçonneux de ses meilleurs amis, et même du Maître. Il fut bientôt obsédé par l'idée de leur rendre la pareille, de faire n'importe quoi pour se venger, oui, même de trahir ses collègues et son Maître.

Mais ces idées perverses et dangereuses ne prirent pas nettement corps avant le jour où une femme reconnaissante brisa un coûteux vase d'encens aux pieds de Jésus (1). Cela parut un gaspillage à Judas, et lorsque sa protestation publique fut aussitôt désavouée par Jésus au vu et au su de tout le monde, c'en fut trop pour lui. Cet événement déclencha la mobilisation de tout ce qu'il avait accumulé de haine, de froissements, de méchanceté, de préjugés, de jalousie, et de désirs de revanche durant toute sa vie, et il résolut de rendre la pareille à n'importe qui. Mais il cristallisa toute la perversité de sa nature sur l'unique personne innocente dans tout le drame sordide de sa vie malheureuse, simplement parce que Jésus s'était trouvé l'acteur principal dans l'épisode qui marqua son passage du royaume progressif de lumière au domaine de ténèbres qu'il avait lui-même choisi.

(1) Matthieu XXVI-7.

En public et en privé, le Maître avait maintes fois prévenu Judas qu'il déviait, mais les avertissements divins sont généralement inutiles quand ils s'adressent à une nature humaine aigrie. Jésus fit tout ce qui était possible et compatible avec le libre arbitre moral des hommes pour empêcher Judas de choisir la mauvaise voie. La grande épreuve finit par arriver. Le fils de la rancune échoua. Il céda aux directives acariâtres et sordides d'une pensée orgueilleuse et vengeresse résultant de l'importance exagérée qu'il attribuait à sa personne, et plongea rapidement dans le désordre, le désespoir, et la dépravation.

Judas entra alors dans la vile et honteuse intrigue destinée à trahir son Seigneur et Maître et mit rapidement en oeuvre son projet néfaste. Durant l'exécution de ses plans de trahison conçus dans la colère, il éprouva des moments de regret et de honte. Au cours de ces intervalles de lucidité, il conçut timidement, comme justification dans sa propre pensée, l'idée que Jésus pourrait peut-être exercer son pouvoir et se délivrer au dernier moment.

Quand cette affaire immonde et impie fut terminée, le mortel renégat, qui avait attaché peu d'importance a vendre son ami pour trente pièces d'argent afin de satisfaire le désir de revanche qu'il nourrissait depuis longtemps, se sauva précipitamment et commit l'acte final du drame consistant à fuir les réalités de l'existence terrestre -- il se suicida.

Les onze apôtres furent horrifiés et abasourdis. Jésus se borna à regarder le traître avec pitié. Les mondes extérieurs ont trouvé difficile d'absoudre Judas, et l'on s'abstient de prononcer son nom dans tout un vaste univers

**



Dernière modification le : 12/02/2017 @ 20:37
Catégorie : Apotres

Spécial disciples

L'Esprit des disciples. Judas Iscariot

Maître et disciple

- -

Une nouvelle révélation. L'évangile du livre d'Urantia

Le Christ et les messagers du royaume




Autres thèmes importants du livre d'Urantia
(© 1962 & 1994 Urantia Foundation pour la traduction française)

La mort et la résurrection de Jésus Christ ** Marie Madeleine et Jésus. Tombeau vide ** Jésus. La résurrection de Lazare ** Jésus. Naissance, enfance, vie et parents

***